W.H Auden

 

Wystan Hugh Auden (21 Février 1907- 29 Septembre 1973)

est un poète et critique britannique considéré comme l'un des plus importants et influents du XXème siècle. Il a passé la première partie de sa vie au Royaume-Uni. En 1935, il fait un mariage de convenance avec Erika Mann, fille lesbienne de l'écrivain allemand Thomas Mann, afin de lui procurer un passeport britannique et de lui permettre ainsi d'échapper au Troisième Reich , puis il émigre aux Etats-Unis en 1939. Il rencontre le poète Chester Kallman qui devient son amant et compagnon pour le reste de sa vie. Il devient citoyen américain en 1946. Il retourne en Europe à partir de 1948 où il meurt à Vienne en 1973.

Voici un de ses magnifiques poèmes d'amour qui est lu dans le film "4 mariages, un enterrement"(1994) lors du dit enterrement et dont le titre est:

FUNERAL BLUES 

Stop all the clocks, cut off the telephone,

Prevent the dog from barking with a juicy bone,

Silence the pianos and with muffled drum

Bring out the coffin, let the mourners come.

 

Let airplanes circle moaning overhead

Scribbling on the sky the message He Is Dead,

Put crepe bows round the white necks of the public doves,

Let the traffic policemen wear black cotton gloves.

 

He was my North, my South, my East and West,

My working week and my Sunday rest,

My noon, my midnight, my talk, my song;

I thought that love would last for ever: I was wrong.

 

The stars are not wanted now: put out everyone;

Pack up the moon and dismantle the sun;

Pour away the ocean and sweep up the wood.

For nothing now can ever come to any good.

En voici ma traduction:

Arrête les pendules, coupe le téléphone,

Donne un os au chien pour l'empêcher d'aboyer,

Fais taire les pianos et qu'un tambour voilé

Au sortir du cercueil, laisse entrer les pleureuses.

 

Que les avions tournent en gémissant au-dessus de nos têtes

Dessinant dans le ciel ces trois mots: Il Est Mort,

Noue un crêpe au cou des blanches colombes,

Gante de noir les mains des agents de police.

 

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est, mon Ouest,

Ma semaine de travail, mon repos du dimanche,

Mon midi, mon minuit, ma parole, mon chant;

Je pensais que l'amour jamais ne finirait: j'avais tort.

 

Que les étoiles se retirent: qu'il n'en reste plus une

Démontez le soleil et cachez la lune;

Videz l'océan, balayez les forêts.

Car rien de bon ne peut advenir désormais.

http://trenelvalerie.wifeo.com/images/cub2l4wz.jpg

J'adore le film "4 Mariages, un Enterrement", que je ne me lasse pas de voir et de revoir. A chaque fois, j'y découvre de nouvelles finesses que je n'avais pas remarquées. Ce film est pour moi un bijou qui nous procure des tas d'émotions diverses et variées. De plus j'adore l'humour anglais, alors....

Ce poème traduit bien ce que l'on éprouve à la disparition d'une personne que l'on aime. Pour le poète, la vie n'a désormais plus de sens, plus personne autour de lui n'a le droit d'être heureux, tous doivent compatir à sa peine, humains, animaux, végétaux. Son amant est idéalisé, il était unique et par conséquent irremplaçable. Tout l'univers doit être en accord avec sa  douleur et son profond sentiment de vide.

http://amiral2020.m.a.f.unblog.fr/files/2009/05/1629905244small.jpg

Au mois de juillet 2009, j'ai appris le décès de mon collègue et ami Raymond. Tous mes amis ont été emportés par cette pourriture de Crabe. C'était quelqu'un d'adorable. Il était gentil, plein d'humanité et d'humour. Il semait la joie autour de lui, c'était un soleil. Cela semble irréel, comme s'il avait été soufflé de la Terre par magie. A chaque fois, c'est la même sensation. Il semble impossible que notre ami soit là un jour , et plus là le lendemain.

Le 20 Juillet ont eu lieu ses funérailles. Il y avait des centaines de personnes. Normal ! Raymond était si adorable !

Que les anges te gardent, Raymond, toi et les personnes que j'ai tant aimées et qui étaient si spéciales, comme disent les anglo-saxons, si exceptionnelles !

https://i.ytimg.com/vi/Zg5FUfVqDQs/hqdefault.jpg

Au moment même où j'écris ces mots, il y a un vacarme incroyable au-dessous de chez moi. Ça doit être des enfants qui s'amusent dans le jardin. Le tintamarre dure de façon interminable. Alors je vais à la fenêtre pour voir. C'était donc ça, les cloches qui sonnaient à n'en plus finir ! Un mariage. Les invités qui prennent photo sur photo. J'entends des rires gras, qui présagent de la suite de la soirée, les plaisanteries lourdes et grivoises, la soupe avec la fameuse carotte, tout ce qui gâche à mes yeux ce que représente le mariage, c'est-à-dire la chose la plus belle, la plus romantique, la plus sacrée, idéalement le don total de soi, le renoncement à toute autre personne.

Ainsi va la vie, à l'image du film "4 Mariages", les différentes étapes de la vie se succèdent ainsi.

Nous savons tous que la mort est inéluctable, mais il nous semble qu'elle n'arrivera jamais. Elle arrive pourtant quand on s'y attend le moins. C'est pourquoi nous devons profiter de chaque seconde, apprécier les moindres choses, être conscients de la chance que nous avons d'être en vie.

Aussi, plus que jamais

CUEILLE LE JOUR

Commentaires (2)

1. Mireille (site web) 19/07/2009

Et apprécie l'éternité de l'instant...

Mes très amicales pensées, Kate.

2. Kate 20/07/2009

Merci, Mireille,
pour ton gentil message.
Que ces paroles sont belles: "l'éternité de l'instant"!
Ton amie
Kate

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×