Sur la route

Je viens de terminer ce livre de Jack Kerouac (1922-1969), dont le titre original est  On the road. La lecture en a été poussive, lancinante, tout comme le rythme du livre. Dans ce roman, écrit en 1960, et dont l'action se déroule à la fin des années 40, des jeunes gens parcourent l'Amérique de part en part, d'Est en Ouest, d'Ouest en Est, plusieurs fois, sans but, sans savoir exactement pourquoi. Ils sont à la fois poussés par une frénésie et par un mal de vivre, par un ennui profond, ils ne savent que faire de leur peau. Un des protagonistes, Dean Moriarty, dont l'attitude et la façon d'être rappellent étonnamment celles de James Dean, est totalement instable et insaisissable. A moins de trente ans, il épouse trois filles, divorce deux fois, fait plusieurs bébés à chacune. 

Les jeunes gens de ce roman sont blasés de tout, désabusés. A moins de trente ans, ils ont déjà tout connu, tout fait. Ils semblent voués à errer sans cesse, à la recherche de quelque chose qu'ils ne savent pas déterminer eux-mêmes, se laissent ballotter par les événements. Ils passent leur temps à boire, à avoir des aventures sans lendemain, à s'extasier sur des filles et sur des gens qu'ils quittent pourtant aussi vite qu'ils les ont rencontrés.

 

Dean, en particulier, est avide de vivre, de tout connaître, il ne sait où donner de la tête tant il y a de choses à découvrir, à vivre. Cette frénésie  se vit entre autres dans les bars que fréquentent Dean et ses acolytes et où ils vont s'enivrer à écouter des orchestres de Bop. Ils sont habités par la musique, ils la VIVENT.

Tout au long du roman, les protagonistes sont en osmose avec la musique de jazz, avec l'Amérique toute entière à laquelle ils font  l'amour de part en part. Quand ils se trouvent à l'Est, l'Ouest leur manque et vice-versa. Ils sont animés d'une passion de la vie, de la nature, de la civilisation, des autres. Ils vivent intensément comme s'ils allaient mourir le lendemain.

Ce livre est un chef-d'oeuvre en cela que Kerouac a su exprimer par le rythme lancinant de son écriture, l'ennui incroyable éprouvé à la lecture de ce roman et l'errance sans fin de ses personnages l'absurdité  et l'inanité de notre misérable condition humaine. Ce livre est emblématique de notre condition humaine, destinée à vivre et à errer sans but, ignorante des tenants et les aboutissants, des raisons de notre présence sur terre.

A la fin du roman, Sal, le narrateur, s'est enfin posé, mais Dean part à nouveau à la recherche d'il ne sait quoi. Et on sent que Dean sera éternellement et désespérément en quête de quelque chose qu'il ne trouvera jamais, car tout lui apporte à la fois du plaisir et de l'ennui, rien ne peut l'attacher et c'est là tout son drame.

En cela, la fin du roman est désespérante.

Dean recherche aussi son père tout au long du roman, ce même père qui l'a violé quand il était enfant. On serait instable à moins........

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×