L'Idiot

  J'ai toujours aimé lire, car j'ai toujours été curieuse de découvrir d'autres façons de voir que les miennes. Lire me permet de pénétrer la pensée et  l'univers d'un autre, de partager sa vision des choses. En ce sens, lire est un acte de fraternité, de reconnaissance du partage de notre appartenance à cette "qualité" d'être humain, si  fragile. En lisant, on cherche aussi des réponses aux questions que l'on se pose sur le sens de notre vie sur terre, de la trajectoire à parcourir, et de la façon dont on va la parcourir. Reconnaître en l'autre ses idées, ses sentiments, s'identifier à un personnage, car les sentiments sont universels.   

Il n'est pas acte plus impudique qu'écrire. Ce faisant, on se met totalement à nu, on ouvre son âme aux autres, on dévoile ses pensées et ses sentiments les plus intimes, innocemment, sans crainte d'être jugé, critiqué, blâmé. C'est un acte des plus généreux qui soient, c'est un don total de soi…C'est aussi, paradoxalement, un acte d'humilité car on admet par cela même notre vulnérabilité d'être humain. 

  L'Idiot, de Fedor Dostoïevski

Dans ce roman, le prince, un être candide, pur et innocent ignore les travers des gens qu'il côtoie. Il a le don de faire ressortir le meilleur d'eux-mêmes.Tous le prennent pour un idiot justement parce qu'il est foncièrement bon et qu'il est inhabituel de rencontrer des gens tels que lui, qui écoute les autres patiemment, avec bienveillance et intérêt, sans les juger. Car il les aime. Il est conscient de leurs défauts mais il les accepte tels qu'ils sont, avec l'indulgence d'un père, comme si tout cela n'avait au fond pas grande importance. Le prince est une figure christique qui accepte tout des autres sans se plaindre, sans les haïr. Il pardonne tout, même à Rogojine, qui tente de l'assassiner: "n'importe qui pourrait le tromper et malgré cela, il continuerait à l'aimer". Il pardonne tout parce qu'il comprend leurs motivations, leur cheminement, leur mal-être, car quand on fait du mal aux autres, c'est que soi-même, on est malheureux.

  Le prince est si différent des autres que deux femmes tombent follement amoureuses de lui. La première, Nastassia Philippovna, porte en elle un passé douloureux et rempli d'opprobre puisqu'elle a été abusée et entretenue par son tuteur. De ce fait, aux yeux des gens de son époque, c'est une femme impure. Le prince, lui, est fasciné par sa beauté et son extravagance, son caractère passionné, fantasque et imprévisible. Il tombe immédiatement sous son charme. Lui ne connait pas les  a priori, les préjugés. Toutefois, Nastassia pense ne pas mériter l'amour du prince et met tout en œuvre pour fuir le bonheur auquel elle est persuadée ne pas avoir droit. De ce fait, elle pousse le prince dans les bras d'une jeune fille, Aglaé Ivanovna, qui elle aussi est séduite par la personnalité tellement hors du commun du prince. Aglaé est une jeune créature gâtée, capricieuse, fantasque, lunatique, qui malmène le prince, se moque de lui, le tourne en dérision, le traite par le mépris, malgré tout l'amour qu'elle lui porte. Ambigüité, ambivalence, complexité de certains personnages, faits de multiples facettes, qui ne sont pas tous des personnages type.  

 

Fiancé à Aglaé, le prince rompt finalement ses fiançailles pour épouser Nastassia lorsqu'il s'aperçoit de la force, de la violence de ses sentiments à son égard, de sa désespérance à l'idée de se sacrifier, de le laisser à une autre que lui. Il lui est vital. Elle a essayé de le rejeter de sa vie avec toute la volonté du monde, sans succès. Elle cède à son amour pour lui.  Elle décide qu'elle a droit au bonheur.

On ignore pourquoi le prince décide d'épouser Nastassia. Est-ce par amour, par pitié? Il ne supporte pas de voir souffrir les autres. Est-ce par anti-conformisme, par défi, par provocation, pour donner aux autres une leçon de morale, pour montrer aux autres la voie vers la tolérance? Il va épouser aux yeux de tous  la femme déchue, mise au ban de la société, Marie-Madeleine.

On peut s'interroger sur la nature exacte de ses sentiments: est-il amoureux de Nastassia ou bien son amour pour elle diffère-t-il de l'amour qu'il porte à tout un chacun? Il semble qu'il aime chaque être de manière égale et de façon dépassionnée, dont le côté charnel paraît exclu.

Mais finalement, les préjugés et le sentiment de culpabilité sont trop lourds à porter pour Nastassia , à la dernière minute elle s'enfuit à nouveau et ne se marie pas avec le prince, elle sera assassinée par Rogojine, qui l'aime passionnément, qui sait que ses sentiments ne sont pas partagés, et qu'elle est prisonnière de son amour pour le prince à jamais. Son dilemme étant insoluble, (elle ne peut ni vivre avec lui, ni sans lui) seule la mort peut la  libérer de ses démons .Quant au prince, il sombre dans la folie.

J'ai aimé ce livre parce qu'il démontre que les plus idiots ne sont pas ceux qu'on croit. Généralement, dans notre monde civilisé, ceux qui sont considérés comme les plus intelligents sont les gens rusés, arrivistes, corrompus. On pense bien souvent que la bonté est synonyme de bêtise alors qu'au contraire elle est synonyme d'intelligence, de sagesse et de réflexion.

 Le prince, ne connaissant pas la passion, n'éprouve ni jalousie, ni envie, défauts qui font depuis la nuit des temps de notre monde un véritable enfer. C'est en cela qu'il est supérieur aux personnes mesquines qu'il fréquente, et c'est en cela qu'il mérite amplement son titre de "Prince".

Il connait le sens du mot "aimer". Aimer, c'est accepter l'autre exactement tel qu'il est, avec ses qualités et ses défauts, et l'aimer justement pour ce qu'il est.

Commentaires (2)

1. VOGOT (site web) 17/05/2009

Bonjour,

Être idiot est un état psychique, bien que l'on soit toujours l'idiot de quelqu'un.

Faire l'idiot est un art, car pour cela, il faut être intelligent, avant tout.

Je veux bien être et faire l'idiot, pour être aimé en toute intelligence. N'est-ce pas idiot ?

Amicalement, Vogot .

2. Kate 17/05/2009

Que ne ferait-on pour être aimé? Non, ce n'est pas idiot puisque c'est vital. Ceci dit, certains ne font aucun effort pour être aimés et sont aimés, et d'autres font des tas d'efforts sans en être récompensés, c'est ainsi, la vie est injuste.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×